06 02 17 62 19 Whatsapp - N°siret: 74985958300025 RCS Brest hygienale@sfr.fr
La grande aventure de la vespasienne

La grande aventure de la vespasienne

Découvrir l’antique vespasienne

A Paris, une vespasienne était un urinoir public unisexe à usage des hommes. Elle trouvait sa place dans des lieux de nécessité essentiellement sur les trottoirs, les parcs et tous les espaces publics fréquentés. Elle était équipée de cloisons permettant un minimum d’intimité. La première vespasienne fut implantée en 1834 à Paris et son parc disparaitra en 1980. Elle aura offert 146 années de bons et loyaux services aux parisiens.

Un nom romain pour des urinoirs parisiens

La vespasienne doit l’origine de son nom à l’empereur romain Vespasien. Déjà à Rome, ville antique moderne, il existait des établissements spécifiques composés d’urinoirs publics dans un but sanitaire de santé publique. Hors, à l’époque, le principe du « rien ne se perd, tout se transforme » était compris depuis longtemps et largement appliqué. Ainsi, l’urine était une source d’ammoniaque connue qui pouvait être utilisée en teinturerie pour nettoyer les étoffes lors d’un process industriel. C’est cet empereur Vespasien qui ordonna de lever un impôt spécial sur la collecte de l’urine, le précieux liquide ne profitant alors qu’à l’industrie et au commerce.

En fait, Vespasien n’a pas inventé l’urinoir, il a juste inventé indirectement le principe des toilettes payantes. C’est notamment lui qui aurait argumenté que « l’argent n’a pas d’odeur » (pecunia non olet), pour faire oublier l’origine de cet impôt. Son nom est donc entré dans l’histoire pour désigner une pissotière et le désintérêt pour l’origine honteuse d’un revenu.

L’apparition des colonnes vespasiennes

Toutes les grandes agglomérations depuis l’antiquité ont été confrontées à la même problématique de l’épandage sauvage d’urine sur la voie publique. Paris n’a pas fait exception aux pisseurs. Les édits du Roy interdisaient déjà à cette époque de satisfaire aux besoins naturels dans les rues. C’est vers 1770 que lieutenant général de la police Monsieur de Sartine entreprit de faire disposer des barils d’aisance dans les rues parisiennes. La forme de ces tonneaux donnera surement des idées pour la naissance aux futures colonnes.

Au fur et à mesure, des édicules seront implantés sur la voie publique pour répondre aux besoins de la population masculine qui n’avait d’autre choix que de se satisfaire où elle pouvait. En 1834, c’est le préfet de Seine, le comte Claude-Philibert de Rambuteau, qui décidera d’en faire installer en grand nombre sur les trottoirs de la ville. Aussi, pour échapper à l’appellation péjorative de colonne Rambuteau qui émerge tout de suite dans la population, ce préfet lancera l’expression de « colonne vespasienne », en référence à cet empereur romain inventeur du principe de l’urinoir public payant à Rome. La vespasienne de notre langage était née.

Evolution des vespasiennes

Les vespasiennes n’ont pas toujours eu la forme de celles que l’on peut observer dans les vieux films en noir et blanc. À l’origine, elles avaient la forme de colonnes :

  • La colonne moresque fut autorisée en 1839 par le préfet de police Gabriel Delessert. Cette colonne contenait des urinoirs en son sein et pouvait supporter des affiches à l’extérieur. Sa forme circulaire était assez ingénieuse pour cette double fonction.
  • Sous le Second Empire, l’ingénieur des ponts et chaussées Adolphe Alphand apportera une modernisation en supprimant les ouvertures permettant un regard depuis l’extérieur et en installant un éclairage intérieur au gaz. Par la suite, les nouvelles constructions seront édifiées en fonte pour remplacer les éléments en maçonnerie.
  • En 1860, une mini révolution esthétique entrainera la dissociation des rôles d’affichage et d’urinoirs. C’est ainsi que les vespasiennes verront le jour sous leurs formes d’édicules, de kiosques, pour devenir des cabines spécifiques de lieux d’aisances. Les affiches conserveront leur support en forme de colonne, avec les colonnes Morris qui seront dédiées uniquement pour la lecture des nouvelles. Typiques de paris, elles se retrouvent dans de nombreux tableaux de peintres représentant les boulevards de la capitale.

Un édicule devenu architectural

Au cours des décennies, les édicules ont modifié leur aspect pour s’adapter à leur époque. Ainsi, l’esthétique des vespasiennes a changé au point de devenir souvent des éléments du décor parisien. Les écrivains et les cinéastes ne se sont pas privés de les capturer dans leurs oeuvres. On peut citer ainsi Marcel Proust, Jean Genet, Roger Peyrefitte. Etant donné leur disparition et le peu d’unités restantes, elles appartiennent désormais au patrimoine des villes. Il ne reste plus qu’une seule vespasienne à Paris, sur le boulevard Arago devant la prison de la Santé. Il n’en reste aussi plus qu’une seule à Périgueux, laquelle est classée comme patrimoine du XIX siècle et doit à ce titre être restaurée.

De nombreuses terminologies

Chaque époque a dû avoir ses mots et chaque classe sociale a eu aussi son appellation particulière pour faire référence à la Vespasienne. La plus populaire avec son argot est surement celle qui a été la plus prolifique.
Ainsi, les écrivains témoignent de leur époque et les traces qu’ils laissent dans la littérature parlent des « tasses », de la « Ginette », de la « pissotière », de la « chapelle ».

Une égalité sociale

Il n’existait pas de première classe dans les pissotières. Tout le monde était logé à la même enseigne et au fil du temps ces vespasiennes étaient devenus des lieux d’une sociabilité atypique, aujourd’hui disparue. Des discussions se créaient débouchant sur des amitiés. De nos jours, il est amusant d’imaginer que ces urinoirs publics pouvaient avoir une fonction sociale. D’ailleurs, les sanitaires féminins sont très habituellement coutumiers de cela. En effet, il est d’usage que les femmes se remaquillent et échangent des confidentialités dans les toilettes publiques.

Quelles sont les cause de la disparition des vespasiennes à Paris

Tout mobilier urbain est appelé à s’adapter (ou à disparaitre) aux rues, aux moeurs, à la circulation, etc… La vespasienne a dû elle aussi se confronter à l’évolution de la capitale pour s’en retirer en 1980, date d’entrée en service des sanisettes. Il existe bien sur plusieurs raisons qui ont poussé les élus de la capitale vers ce choix :

  • une meilleure hygiène dans les rues ?
    Les vespasiennes avaient un énorme défaut. Une puanteur ammoniacale se répandait autour d’elles venant incommoder les narines des passants et surtout gênant les commerces de proximité. Un nouveau système était forcément le bienvenue pour répondre aux contraintes de santé publique dans une ville à très forte fréquentation, surtout touristique.
  • au nom des femmes ?
    C’est peut être l’importance croissante des femmes dans l’espace public qui a favorisé l’implantation de la Sanisette, celle-ci conduisant la Vespasienne sur l’échafaud. Un psychanalyste pourrait d’ailleurs évoquer une castration de l’homme sur la place publique. Chacun peut constater qu’un urinoir public prend de la place. En conséquence, cette vespasienne dédiée au pénis masculin fut donc coupé pour laisser sa place à un sanitaire mixte. En effet, quitte à monopoliser un espace public, autant le dédier aux deux sexes, les hommes pouvant aussi uriner dans une cuvette de wc. Désormais, il faut pisser au féminin, les femmes ayant aussi besoin d’uriner.
  • Supprimer les lieux de rencontre ?
    Les vespasiennes ont longtemps été décriées comme des lieux de rendez vous. Leur disparition fut ainsi engagée par la mise en place d’une nouvelle ère hygiéniste. Servant probablement de boucs émissaires, leur mauvaise réputation a servi le combat d’élus bien-pensants pour leur suppression au nom de la morale.

Des lieux inédits et sulfureux

La célèbre pissotière ne servait manifestement pas qu’à uriner. Elle a pu susciter beaucoup de fantasmes et être l’endroit discret de multiples activités : lieu d’affichage contestataire, lieu de drague entre homosexuels, lieu de rendez-vous des résistants sous l’occupation allemande, lieu de prostitution masculine ou féminine, etc… Elle existerait encore qu’elle servirait surement de point de deal pour de la vente de drogue. Alors, ce n’est pas uniquement pour des raisons de mauvaises odeurs d’urine que la disparition de ce type de toilette publique a été longtemps désirée et finalement décidée par les municipalités. Il aura fallu quand même attendre l’arrivée d’un remplacement pertinent, la sanisette, pour mettre fin à cette aventure débutée en 1834.

Les successeurs des vespasiennes

Depuis 1980, les vespasiennes ont été remplacées dans l’espace public parisien par les sanisettes, des wc modernes. Pourtant, leur principe subsiste dans d’autres versions plus sophistiquées et tend même à revenir sous des formes originales. Ainsi, depuis 2020 Paris expérimente l’Uritrottoir ainsi que le Naturinoir. Ces 2 urinoirs ont pour particularité de recycler l’urine collectée en engrais.

C’est drôle, des siècles après Rome, on assiste à une situation inédite. C’est le retour de l’utilisation de l’urine. Alors peut être que le prochain maire de Paris décidera lui aussi de lever l’impôt sur l’urine comme le fit Vespasien en son temps… tant il est vrai que l’argent n’a pas d’odeur.

De l’évolution humaine vers le wc japonais

De l’évolution humaine vers le wc japonais

De la préhistoire au wc japonais

De nos jours, le wc japonais est capable de prouesses dignes de la science fiction. Détecteur de présence qui ouvre la lunette de l’abattant wc, diffuseur de parfum et de musique, commande vocale pour déclencher un jet d’eau lavant, sèche fesses pour supprimer l’humidité, chasse d’eau automatique au départ de l’utilisateur, etc… La technologie n’a plus de limites. Ce n’est plus l’époque préhistorique.

Déféquer comme Cromagnon

L’homme moderne a peu évolué dans sa manière de déféquer depuis le temps des cavernes. S’il a surement ressenti le besoin et l’envie de se cacher pour répondre à l’évolution des normes sociales, concernant la manière de se soulager, la technique du corps n’a jamais changé. Que ce soit en pleine nature ou sur la cuvette d’un wc japonais, on descend le bassin à hauteur raisonnable, on pousse pour évacuer une grosse commission, puis on se relève pour reprendre ses activités sans se soucier d’autre chose. Pour cela, il est utile d’observer un chien pour prendre conscience de l’acte, le meilleur ami de l’homme étant resté à ce mode de vie du fond des âges.

L’apparition du besoin de s’essuyer

Vivre nu comme nos ancêtres n’imposait pas vraiment de s’essuyer les fesses. Ceux-ci avait un mode de vie animal et extrêmement rustique, où la pudeur et la gêne n’existaient pas. Alors, pourquoi est il apparu ce besoin de prendre soin de nos fesses après la défécation ? On peut imaginer plusieurs raisons logiques qui vont de l’apparition des vêtements, à la sédentarisation, en passant la sexualité, etc… :

Les vêtements : C’est inévitablement l’apparition des premiers vêtements, destinés surtout à se protéger du froid ou des intempéries, qui a du provoquer chez l’homme et la femme l’envie d’avoir la région anale moins sale que d’habitude. Si nu durant l’été, il n’y avait aucun souci, conserver des traces d’excréments sous une peau de fourrure durant l’hiver devait quand même interroger les sens de nos ancêtres, même si ceux-ci étaient habitués à une évidente rusticité. Puis, au fur et à mesure que les vêtements sont devenus plus proches du corps et avec un port permanent, il a fallu trouver des solutions pour l’après défécation.

La sédentarisation : L’apparition de l’habitat sédentaire a entrainé un profond changement des modes de vie et des règles sociales. Vivre dans une grotte bien aérée ou vivre enfermé dans une cabane recouverte de torchis, ce n’est pas la même chose. Ainsi, les premières règles minimales d’hygiène ont pu faire leur apparition contre les odeurs et la crasse pour s’éloigner de l’animalité de circonstance dans une époque très rude à vivre afin de favoriser une meilleure vie en collectivité.

La sexualité : Appréciant de plus en plus le confort et inventant sans cesse des moyens d’accéder à une augmentation croissante de celui-ci, l’homme et la femme se sont sophistiqués. Le rapport sexuel animal proche de la pulsion de reproduction a du laisser place à des relations physiques beaucoup plus élaborées où la séduction à l’autre et le soin apporté au corps ont nécessairement pris le tremplin de l’évolution. C’est la femme qui a pu être le moteur essentiel d’une meilleure hygiène anale. En effet, les positions sexuelles basiques qu’adopte une femme offrent son anus à la vue et aux narines de son compagnon.

La santé : Conserver autour de son anus des traces d’excréments entraine une déplorable hygiène qui propulse le corps humain vers des problèmes de santé tels des démangeaisons, brulures, hémorroïdes, fistules, etc… Alors, les prurits anales obligent à se gratter entre les fesses avec les doigts et les ongles avec toutes les conséquences que l’on peut deviner sur la transmission de germes et virus pathogènes aux autres membres du groupe humain. Occupe toi de tes fesses… peut donc être une très ancienne expression riche de sens !

Les premières façon de s’essuyer

Nul besoin de trop réfléchir pour deviner les premiers modes opératoires. En effet, chacun a déjà eu des expériences en pleine nature. Seul au monde, les fesses nues et souillées, il a fallu répondre à un besoin urgent sans avoir sur soi un habituel paquet de mouchoirs jetables en papier. Alors, nous avons tous fait comme nos premiers ancêtres devant trouver une solution pour s’essuyer sommairement les fesses. C’est à dire prélever dans la nature des feuilles mortes, de l’herbe, une écorce d’arbre, etc… Aussi, par chance de la proximité d’un ruisseau forestier, chacun a pu constater l’utilité d’un cours d’eau et les bienfaits d’un retour à la propreté. 

Une évolution de l’essuyage

Tout évolue par besoin de confort et aussi selon le statut social. Les feuilles des arbres ont laissé place, surtout pour les plus riches, à d’autres matières et matériaux. Du foin, des raclettes en bois, des coquillages, des éponges, de la laine de mouton, des chiffons, des tissus plus nobles… jusqu’à l’insolite journal qui finira par donner l’expression de « torche cul » pour désigner une mauvaise presse. 

Comment faire après la défécation ?

L’apparition du papier toilette

C’est au début du XXe siècle que l’industrie commence à produire du papier toilette, produit de luxe réservé alors aux riches familles. Puis, le « bulle corde lisse », papier lisse et très fin se popularisera après guerre en France. C’est dans les années 70, que la ouate de cellulose permettant la fabrication d’un nouveau type de papier très doux et agréable au toucher, permettra au papier toilette actuel de décoller pour s’imposer comme un unique mode d’hygiène après la défécation dans une cuvette de wc. Il sera responsable du déclin puis de la chute du bidet. Depuis quelques années, les lingettes humides s’invitent de plus en plus comme propositions pour remplacer le rouleau de papier sec.

La destination vers le lavage

Le cul dans la rivière fût évidement la première méthode logique d’accès à l’eau, suivie par le seau d’eau à ramener chez soi. Les romains avaient développé un système extrêmement ingénieux de latrines qui permettait de laisser passer une éponge humide au bout d’un bâton pour se laver les fesses après avoir déféqué, tout en restant assis. Il fallait ensuite rincer l’éponge dans une rigole et répéter l’opération jusqu’à satisfaction. Plus tard, la France popularisera l’usage du bidet.

Un bidet japonais pour l'hygiène intime

L’invention du bidet

Apparu en France vers 1710, ce sanitaire désignait un petit cheval de poste car l’utilisateur doit l’enfourcher. Il permet de se laver l’anus et/ou les parties génitales avec de l’eau. Il fût une révolution hygiénique, mais les français le dénigreront en masse dés les années 70 jusqu’à en oublier son usage au profit d’un essuyage au papier toilette. Le bidet reste encore très populaire trouvant sa place logique à coté de la cuvette wc dans énormément de pays autour du monde.

La technologie du wc japonais lavant

Le wc lavant est l’ingénieuse intégration d’un bidet sur une cuvette de wc. Il déploie une buse qui permet la diffusion d’un jet d’eau sous pression lequel agit comme un kasher pour éliminer les résidus d’excréments autour de l’anus et de laver la zone anale. Il permet aussi aux femmes de rincer leur vulve après la miction ou un rapport sexuel. Il s’est surtout popularisé au japon. En conséquence, il est connu dans le monde entier sous l’appellation de wc japonais ou de toilette japonaise. Il reste assez confidentiel en France, en Europe et en occident en général alors que les ventes explosent en Asie et notamment en Chine.

L’avenir du wc japonais

Il parait inconcevable de régresser vers la préhistoire tant l’espèce humaine est attirée naturellement vers l’évolution. La technologie va encore améliorer le concept, naissant à l’échelle de histoire humaine, du wc japonais lavant. Sa production de masse actuellement en Asie, essentiellement pour le marché chinois, est en train de diminuer fortement le prix de fabrication. Si le wc japonais était hors de prix, il y a quelques années encore, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Pouvant s’acquérir sous la forme d’un kit, d’un abattant ou d’un bloc wc à poser, la toilette japonaise peut s’inviter dans tous les foyers de France dans une fourchette de prix allant de 40€ à 1500€. Il n’est plus nécessaire dépenser 5000€ pour bénéficier des services d’un wc japonais et pour profiter de l’agréable sensation d’un retour à l’hygiène après avoir déféqué.

Un wc japonais tourné vers le bien être

Il existe deux raisons essentielles qui doivent propulser le wc lavant vers une destination autre que l’hygiène qui fût le point de départ de l’aventure de ce type de sanitaire :
1. Offrir toujours plus de fonctions aux utilisateurs actuels dans une course sans fin. Ainsi, il faudra proposer toujours plus de confort pour satisfaire la clientèle.
2. Conquérir les marchés réfractaires à une hygiène à l’eau. Il s’agira de proposer des fonctions indispensables pour convaincre une clientèle habituée au papier toilette.
La santé et le confort, c’est à dire le bien être de manière générale, vont devenir les moteurs des prochaines générations de wc japonais, surtout que la technologie permet de plus en plus de prouesses en matière de miniaturisation et de prix. Bienvenue dans un autre monde qui confirme le principe de l’évolution de Darwin.

La disparition du bidet français permet l’intégration du wc japonais

La disparition du bidet français permet l’intégration du wc japonais

Des origines à la disparition du bidet

De nos jours, un bidet est un objet ringard, provoquant le rire et le rejet ! Mais quelles sont les raisons de la disparition du bidet ? Cet équipement sanitaire fut pourtant une révolution hygiénique. Ainsi, la plupart des logements en était équipé, jusqu’aux hôtels de luxe.

Il parait impossible d’obtenir précisément les origines du bidet. Le dictionnaire Trésor de la langue française le mentionne pour la première fois en 1739. Jusqu’à cette époque, l’eau n’est pas vraiment nécessaire à l’hygiène intime. En effet, la toilette est sèche et l’on se frotte avec des linges pour nettoyer le corps des impuretés.

Une révolution hygiénique !

Ce n’est que progressivement que le bidet entre dans les mœurs avec un souci d’hygiène porté par deux catégories sociales : les courtisanes et l’aristocratie. Le reste de la population suit peu à peu le mouvement. Par conséquent, c’est la société entière qui évolue dans sa vision de l’hygiène et des soins à apporter au corps. L’hygiène de l’anus et des parties génitales se développe donc avec la popularisation du bidet et vice versa.

Il semble que les couples et les femmes aient été les meilleurs vecteurs de développement du bidet. Les femmes, avec leur pratique hygiéniste, l’utilisaient comme moyen de contraception. Ainsi, dans les maisons closes, cet équipement était imposé aux pensionnaires. Les couples l’utilisaient pour éviter la désunion avec une meilleure hygiène au sein du mariage : « que de femmes ne doivent leur abandon qu’à cette négligence des soins du corps ! »

Stopper le papier wc pour s'essuyer les fesses.

Un abandon absurde pour une hygiène douteuse…

Il est facile d’imaginer l’engouement que provoqua ce sanitaire. En effet, tout le monde peut comprendre que se laver est primordiale. Qui accepterait de se frotter avec une serviette au lieu de prendre une douche ? Ainsi, il y a seulement 30 ans, les foyers de France étaient équipés à 95% d’un bidet ! 

Aujourd’hui, rares sont encore les logements disposant ou utilisant ce monument national. Cependant, on remarquera que les salles de bains italiennes et portugaises n’ont pas voulu de la disparition du bidet. Dans ces pays, il reste d’usage et les habitations sont toujours bien équipées. Alors, pourquoi un tel désaveu en France ?

Le papier est une catastrophe hygiénique et écologique !

Pourquoi après avoir goûtés aux bienfaits hygiéniques de l’eau, les français ont ils décidé unanimement de se séparer d’un système de lavage intime aussi pratique ?

L’arrivée des téléviseurs dans les foyers et de la lobotomisation de masse ont permis aux industriels aidés par des publicités adaptées de convaincre une population entière ! Alors, couper des arbres pour s’essuyer les fesses est devenu la nouvelle hygiène moderne. Pourtant, c’est une véritable absurdité !

Le wc japonais possède un bidet intégré avec douchette intime
Le wc japonais possède un bidet intégré

Etudier la disparition du bidet

Chaque société possède ses normes d’hygiènes et certaines rejettent les parties honteuses du corps. La France qui a popularisé un équipement d’hygiène pertinent a depuis quelques années décidé de la disparition de son bidet. Une telle démarche permet de s’interroger sur la relation avec notre corps et notre intimité ainsi que de notre rapport à l’hygiène. En conséquence, la disparition du bidet est une remise en cause des valeurs d’hygiène intime.

Une disparition irrationnelle

La disparition du bidet est aussi un inversement des valeurs de confort. Dans les années 60, il était impossible d’imaginer des salles de bain qui n’en soient pas équipées.

A titre d’exemple, un tel équipement était un facteur de confort essentiel pour permettre un classement hôtelier, les bidets étant absents des hôtels de dernière catégorie. A l’inverse en 2015, un hôtel peut être homologué 3 étoiles sans que ses chambres en soient équipées, alors que les vieux établissements conservant leurs installations avec un bidet traditionnel se retrouve être classés bon marché !

La disparition du bidet et ses raisons

Les Français semblent avoir fait le choix uniquement du confort électro-ménager onéreux (TV, lave vaisselle, etc…) sans plus accorder d’importance à leur wc et encore moins à leur bidet.
Les fabricants expliquent la disparition du bidet par l’apparition des moyens de contraception modernes, le manque de place avec la réduction de la surface des logements et la hausse des prix immobiliers. Aussi, le remplacement du bidet par la machine à laver dans la salle de bain est une autre raison. De plus, on peut noter aussi l’évolution technologique du papier toilette et la politique marketing agressive des grandes multinationales du secteur.

Une alternative à la disparition du bidet

Le wc japonais à douchette

Les français ne veulent plus de leur bidet situé à deux pas de leur wc. Au Japon où la surface des logements est assez faible, les japonais intègrent celui-ci à leur cuvette wc. Ainsi, la toilette japonaise à jet d’eau, désormais très populaire dans ce pays, est une invention qui se révèle être une révolution hygiénique pour contrer la disparition du bidet en France. Le bidet est mort… vive le wc avec bidet intégré : le washelt ! Le wc japonais sera le remplaçant de son ancêtre français !

Envie d’un abattant japonais sur votre cuvette de wc ?

Un bidet peut se remplacer simplement par un kit ou un abattant à poser sur la cuvette du wc
Intégrez un bidet sur votre cuvette avec un concept de kit ou d’abattant !!!

Hygiènale propose une solution simple et pratique pour disposer d’un bidet sur sa cuvette de toilette. En effet, un simple kit ou abattant vient se placer sur la cuvette du sanitaire pour mettre en oeuvre un dispositif de jet d’eau sous pression. Le wc japonais offre le bidet intégré. Aussi, le jet de cette toilette japonaise est actionné par l’utilisateur qui en modifie la température, la pression ainsi que la direction (anus ou vulve). Pour une dépense plus onéreuse, il est aussi possible de changer de bloc au profit d’un monobloc lavant tout intégré.

Arrêtez de vous essuyer avec du papier… lavez vous les fesses avec un wc lavant pour une hygiène irréprochable toute la journée. Pourquoi s’en priver ?

La douchette intégrée solutionne la disparition des bidets

La disparition des bidets a entrainé une baisse de l’hygiène dans la population française. En effets, les français ne sont plus les premiers de la classe en matière d’hygiène intime depuis que la France a renoncé à ses fameux bidets. Une des causes de ce renoncement est une conséquence indirecte de la hausse des prix de l’immobilier. En effet, le prix du m2 de logement a obligé les architectes à concevoir des salles de bain de plus en plus petites d’où les bidets ont finalement été éjectés.

Sans leurs bidets, les français se sont habitués progressivement à un essuyage manuel « à sec » avec du papier toilette, pour le plus grand bonheur des multinationales de ce secteur qui ont su proposer une nouvelle norme d’hygiène avec un papier devenu hygiénique.

Cet ingrédient présent dans tous les sanitaires de France s’est modernisé sans cesse avec les années (texture, couleur, résistance, odeur, etc…) pour plaire aux fesses françaises mais sans pour autant régler le problème de l’hygiène corporelle d’une absence de bidets.  Comme pour les paquets de cigarettes, il faudrait étiqueter les rouleaux de papier toilette avec une mention spéciale : Essuyer n’est pas laver !

Comment remplacer les bidets ?

Les Japonais, qui vivent dans des habitations encore plus petites ont inventé le wc à bidet intégré, appelé aussi toilette japonaise lavante ou wc japonais à jet d’eau, pour conserver un lavage efficace des parties intimes avec de l’eau. Cette forme d’hygiène en provenance du Japon commence à arriver en France pour palier à la disparition des bidets.

Désormais, les français n’ont plus d’excuses pour rester les fesses sales. Après avoir abandonné leur bidet national et leur hygiène intime, ils peuvent maintenant redevenir propre après chaque passage au petit coin grâce à l’intégration du bidet sur leur sanitaire.

La toilette japonaise à jet d’eau intégré ou wc japonais à douchette intime peut s’acheter sous forme de wc complet ou d’abattant à poser sur le wc. Ces deux options peuvent être très onéreuses. Alors, Hygiènale commercialise un simple kit qui vient se fixer sur le siège du wc et sous sa lunette. C’est une solution pratique et bon marché. Ainsi, le vieux wc se transforme en une toilette japonaise à bidet incorporé.

Le kit wc japonais lavant se pose simplement une sur cuvette de toilette

Le wc bidet intègre une douchette sur sa cuvette !

Un wc sert à recevoir les déjections humaines, les selles et les urines.
Un bidet sert à l’hygiène des parties génitales externes et de l’anus pour se nettoyer après un passage sur le trône.
Un wc japonais est un siège de toilette qui possède un bidet intégré. De ce fait, ce type de sanitaire, communément désigné sous l’expression « toilette japonaise lavante », propose 2 fonctions dans 1 seul équipement !

Le wc bidet est un donc une toilette «deux en un». Cette solution offre un gain de place certain et évite d’investir dans deux équipements séparés. Elle évite aussi de devoir se lever, pantalon baissé ou jupe relevée, pour changer d’équipement. Aussi, le contact des mains avec les zones souillées et les robinets ne se fait plus, stoppant la contamination par des parasites ou des germes fécaux.

Le wc bidet japonais pour se laver sur son siège de toilette

Mondialement appelé wc japonais ou toilette japonaise du fait de la très grande popularité de ce concept et de sa commercialisation au Japon, ce système de wc bidet offre une hygiène irréprochable à son utilisateur ainsi que de nombreux avantages économiques et écologiques. Le wc japonais permet aussi et surtout de conserver une bonne santé en raison d’une hygiène quotidienne absolue.

Le kit abattant japonais est une lunette qui dispose d'un bidet.

Avec ce concept de wc lavant, le bidet n’a plus de raison d’être après être passé sur le siège d’une toilette. En effet, en se relevant l’utilisateur est déjà propre et a juste besoin de se sécher avec une petite serviette ou un gant de toilette qu’il peut fixer sur le mur.

Que faire alors du bidet ? On peut soit :
– le destiner à une autre fonction (lavage des pieds, etc…)
– le retirer de la salle pour faire plus de place dans une construction où il existe déjà.
– éviter d’en disposer un et repenser l’espace de la salle d’eau pour une futur habitation.

L’adaptation d’un kit de lavage à jet d’eau, la pose d’un nouvel abattant ou bien l’installation d’un monobloc électronique, va changer votre salle de bain et votre confort de vie. Un wc bidet est un équipement révolutionnaire pour l’hygiène intime de toute la famille.

Bidet français ou WC japonais ?

Bidet français ou WC japonais ?

Le bidet français est un étrange équipement d’hygiène

Pour beaucoup de touristes étrangers en visite en France, le bidet français est un accessoire curieux dans une chambre d’hôtel. Mais à quoi cet étrange équipement peut-il servir ? C’est la question que se posent ceux qui ne l’ont jamais chevauché !

Le bidet français pour l’hygiène intime

Ce terme vient de l’ancien français, dans lequel il désignait un petit cheval de poste, trapu et ramassé. Il sert principalement à l’hygiène des parties génitales externes et de l’anus.

Le bidet français n’est généralement pas utilisé pour le nettoyage de l’anus après la défécation (réalisé par le papier toilette), mais pour un lavage supplémentaire optionnel, ou pour une hygiène corporelle journalière. Le robinet peut être orienté de manière à projeter un jet d’eau en direction des parties génitales et anales.

Il est essentiellement destiné à la toilette intime féminine ou masculine mais peut servir aussi à laver d’autres parties du corps comme les pieds.

Le bidet français se remplace par un WC japonais à bidet intégré

Le bidet français est bien plus propre que les toilettes et beaucoup plus économique en eau qu’une douche. Son inconvénient est qu’il est potentiellement à risque, notamment en raison des fameuses « raclures de bidets », matières fécales qui arrivent à rester aux rebords de l’appareil.

C’est pourquoi une toilette lavante japonaise avec un bidet intégré est un équipement très avantageux. Ainsi, le WC japonais consomme très peu d’eau pour le nettoyage intime. De plus, il est plus propre qu’un bidet français.
Avec un bidet intégré sur son WC , l’utilisateur n’a plus besoin de se lever pour changer d’équipement. En effet, Il n’est pas toujours facile de marcher avec le pantalon baissé, une jupe relevée et les fesses sales qui dégoulinent pour aller se positionner sur un autre équipement sanitaire.

L’autre avantage majeur du bidet intégré au WC est que le jet d’eau ne nécessite plus l’action des mains. En effet, le nettoyage des parties souillées par les excréments se fait avec la douchette de la toilette japonaise. Cette sorte de nettoyage automatique rend très simple, pratique et agréable un passage aux toilettes. Le WC japonais doit remplacer le bidet français !

Le WC japonais intégré est plus hygiénique que le bidet français

Le kit abattant japonais pour wc hygiénique diffuse un jet d'eau avec pression réglable.

Le bidet traditionnel habituellement utilisé en France est un équipement sale (s’il n’est pas entretenu correctement) à vocation hygiénique ! Le bidet japonais, équipement intégré à un wc, garantit une parfaite hygiène tout en étant lui même extrêmement propre.

Le bidet français est destiné à la toilette intime féminine ou masculine après l’usage du papier toilette pour un lavage supplémentaire. Le wc bidet japonais remplit la même fonction sans toutefois nécessiter l’usage des mains.

Le bidet français fut une formidable progrès hygiénique. II est plus propre qu’un wc et aussi plus économique en eau qu’une baignoire ou qu’une douche pour se laver les fesses. Cependant, malgré sa fonction d’aide à l’hygiène, notre sanitaire national est un équipement qui peut être très sale en raison des dépôts d’excréments qui s’y incrustent. Ce sont ces fameuses « raclures de bidets » qui sont des matières fécales que l’on peut trouver au rebord de l’appareil.

En effet, le bidet se destine au nettoyage des parties génitales externes et surtout de l’anus. Aussi, il sert à laver d’autres parties du corps comme les pieds sales ou le chien de la famille interdit de baignoire. Rendons grâce au bidet français traditionnel qui a participé au progrès de l’hygiène. Cependant, il a fait son temps et doit être remplacé par son successeur asiatique le bidet japonais.

Le WC japonais supprime le bidet traditionnel

Le bidet japonais en s’intégrant au siège de toilette révolutionne le monde de l’hygiène. Une simple pression sur un bouton libère un jet d’eau nettoyant qui procure un lavage optimale immédiatement après s’être soulagé et directement sur le siège du wc.

Avec le wc bidet japonais intégré, plus besoin de se lever pour aller s’assoir sur un autre équipement au contact de ces fameuses raclures de bidet. Cet équipement très populaire au Japon, puisqu’il équipe plus de 75% des foyers, assure un lavage efficace sans solliciter les mains au contact des matières fécales et des autres rejets du corps au wc.

Comment installer un bidet japonais sur votre sanitaire ? La solution est très simple et peu onéreuse. Un petit kit ou abattant à poser sur la cuvette est suffisant pour pouvoir disposer d’un jet d’eau lavant assurant une hygiène incroyable de votre intimité.

Le kit wc bidet japonais est un sanitaire qui lave

Les raclures de bidet sont absentes du WC japonais

Le bidet fut une extraordinaire invention pour l’hygiène corporelle mais il présente un inconvénient majeur : les raclures de bidet. De nos jours, il se destine, en complément du papier wc et pour ceux qui en possède encore un, à la toilette intime féminine ou masculine pour un nettoyage supplémentaire et plus efficace, par un lavage à l’eau des parties souillées du corps (anus et vulve).

Ce fameux bidet tombé actuellement en désuétude est bien plus propre qu’une cuvette de wc malgré ce problème des raclures de bidet. Pour ceux qui pensent que le papier soit disant hygiénique ne suffit pas à l’hygiène intime, cet équipement sanitaire à l’avantage d’être plus accessible et plus économique qu’une douche pour se laver les fesses après un passage sur le trône.

Toutefois, malgré sa fonction hygiénique, le bidet reste un équipement vraiment sale sous l’oeil du microscope avec les dépôts d’excréments s’incrustant au fil du temps. Ces raclures de bidet, matières fécales qui persistent sur les rebords de l’appareil, ne permettent pas d’envisager une toilette féminine sans risques de contamination pour l’appareil uro-génitale des femmes.

La toilette japonaise évite le problème des raclures de bidet

Cette invention française qu’est le bidet fut un réel progrès hygiénique, mais une autre invention est en train de le détrôner. Il s’agit du WC japonais et de son bidet intégré. Ce wc lavant incorpore un bidet et de ce fait révolutionne l’hygiène intime en supprimant les inconvénients des raclures de bidet. Plus besoin des doigts, plus besoin de papier, une simple action sur une commande permet de diffuser un jet d’eau qui vient nettoyer la région anale et/ou la région uro-génitale pour un lavage optimale alors que l’utilisateur reste en position assise sur son siège de toilette.

La petite douchette du WC japonais est la réponse absolue pour une parfaite hygiène intime ainsi qu’à l’oubli des raclures de bidet. Désormais, on peut profiter des bienfaits de l’eau de façon automatique sans avoir à se servir de sa main pour se laver les fesses et sans risques de contamination par des germes fécaux. Le WC washlet ou toilette japonaise permet de profiter des bienfaits du bidet sans la problématique des raclures de bidet.

Un bidet de WC japonais permet de se laver les fesses aux toilettes !

A quoi sert une toilette bidet japonaise ?

Une toilette bidet japonaise est un wc moderne qui possède un siège de toilette intégrant un système de nettoyage à l’eau froide ou tiède suivant les modèles. Certaines sont très perfectionnées offrant une longue liste de fonctionnalités.

L’idée principale d’une toilette bidet japonaise, souvent dénommé washlet ou wc lavant japonais, est d’éviter d’utiliser ses mains ainsi que du papier « hygiénique ». Par conséquent, un simple jet d’eau vient nettoyer les fesses après avoir déféqué ou uriné. Peuvent venir s’ajouter à la fonction de base de la toilette lavante d’autres fonctions. Ainsi, on peut trouver un séchoir à air, un siège chauffant, un massage par jet d’eau, une ouverture et une fermeture automatique de la lunette, etc…

Une toilette japonaise pour votre hygiène intime

Le jet d’eau sous pression d’une toilette bidet japonaise permet de nettoyer l’intégralité de la région anale. De même, un jet plus délicat prend soin de l’intimité féminine et de sa région uro-génitale. Pour ce faire, l’utilisateur, à partir du boitier de contrôle de la toilette à douchette, actionne une buse située sous ses fesses. Ensuite, celle-ci va émettre un jet d’eau sous pression.

Le jet d’eau fait office de douchette anale ou vulvaire. Il est suffisamment puissant pour retirer les excréments, les urines et les sécrétions produits par l’anus ou les organes génitaux. Il procède à une véritable ablution sans devoir exposer les mains aux rejets du corps. Après, il ne reste plus qu’a s’essuyer avec une serviette. Ainsi, l’usage de papier devient inutile. Un simple jet d’eau placé sous l’abattant du wc permet de profiter d’une toilette bidet japonaise.

C’est un grand progrès hygiénique et écologique que d’avoir un bidet intégré à son siège de sanitaire. En effet, les mains ne deviennent plus des vecteurs de transport de germes. Aussi, il n’y a plus besoin d’abattre des arbres pour produire du papier hygiénique. Le wc lavant est une révolution hygiénique pour une bonne santé !